Cliquez-ici pour accéder au site du Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables Ordre des Experts-Comptables

Accueil
  Acteurs de la prévention
 
  Alertes professionnelles
 
>  Base documentaire
>> Prévention - Anticipation
- Prévention - Détection : Des outils de diagnostic inovants et un diagnostic complet
- Prévention - Traitement : si vous connaissez des difficultés... découvrez comment les traiter
- Prévention - Professions libérales
- Plan de la base prévention
- Modèles types
 
  Bonnes pratiques de la prévention pour pérenniser votre entreprise (septembre 2006)
 
  Glossaire : les 100 mots de la prévention
 
  Guides administratifs du CIP à destination des Conseils Régionaux des Experts-Comptables
 
  Juridique
 
  Loi de sauvegarde des entreprises
 
  Médiation du crédit
 
  Mandat ad hoc
 
  Conciliation
 
  CODEFI / CIRI
 
  La commission des chefs des services financiers
 
  Le rebond du chef d’entreprise
 
  Notes de synthèse
 
  Où vous situez-vous ? Autodiagnostic rapide
 
  Outils de la prévention
 
  Quiz : Evaluez-vous !
 
  Réagissez, contactez nous!
 
  Revue de presse
 
  Sites utiles
 
  Trouvez un CIP près de chez vous
 
Fiche N° 1-2-1 PREVENTION - ANTICIPATION    
PIÈGES SUSCEPTIBLES DE REMETTRE EN CAUSE LA PERENNITÉ DE L'ENTREPRISE


LORS DU DEVELOPPEMENT, INTEGRONS LA PREVENTION
Pièges susceptibles de remettre en cause la pérennité de l'entreprise

  1. Ne pas penser que l’augmentation du chiffre d’affaires est toujours bénéfique. L’augmentation de chiffre d’affaires peut entraîner une augmentation plus importante de charges en raison de paliers et peser sur le résultat.
    • Les prévisions d’exploitation sont indispensables avant de prendre la décision de développer de façon significative son chiffre d’affaires.
    • Ne pas s’engager dans de nouveaux frais fixes importants sans s’assurer que le nouveau chiffre d’affaires dégagera une marge suffisante pour les couvrir, et que ce chiffre d’affaires sera récurrent.
      Exemples de frais fixes : embauche contrat à durée indéterminée, nouveaux locaux, location longue durée de matériel…
    •  

      L’ approche du point mort dit « seuil de rentabilité » doit être maîtrisé (cf. fiche 1.2).

       

      Le taux de marge doit être apprécié en fonction des réalisations et non sur la base du « théorique » et ne pas omettre de tenir compte des charges variables accessoires telles que : Commissions à verser à des intermédiaires, ristournes de fin d’année, transports, entrepositaires…

       

    • Les tableaux de bord mensuels sont indispensables afin d’apprécier toute dérive et apporter au plus tôt les correctifs nécessaires.
  2. Développer son activité sans prévoir les besoins de trésorerie qui seront générés par cette augmentation de chiffre d’affaires.

Le chef d’entreprise ne peut pas prendre le risque de développer de façon significative son chiffre d’affaires en ne s’étant préoccupé que de vérifier des bénéfices prévisionnels, alors qu’il devra financer un encours clients et/ou des stocks supplémentaires. A plus ou moins court terme, il risque en effet de connaître une rupture de trésorerie et des difficultés.



retour



cncc

cfcj

cnb