Cliquez-ici pour accéder au site du Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables Ordre des Experts-Comptables

Accueil
  Acteurs de la prévention
 
  Alertes professionnelles
 
>  Base documentaire
- Prévention - Anticipation
>> Prévention - Détection : Des outils de diagnostic inovants et un diagnostic complet
- Prévention - Traitement : si vous connaissez des difficultés... découvrez comment les traiter
- Prévention - Professions libérales
- Plan de la base prévention
- Modèles types
 
  Bonnes pratiques de la prévention pour pérenniser votre entreprise (septembre 2006)
 
  Glossaire : les 100 mots de la prévention
 
  Guides administratifs du CIP à destination des Conseils Régionaux des Experts-Comptables
 
  Juridique
 
  Loi de sauvegarde des entreprises
 
  Médiation du crédit
 
  Mandat ad hoc
 
  Conciliation
 
  CODEFI / CIRI
 
  La commission des chefs des services financiers
 
  Le rebond du chef d’entreprise
 
  Notes de synthèse
 
  Où vous situez-vous ? Autodiagnostic rapide
 
  Outils de la prévention
 
  Quiz : Evaluez-vous !
 
  Réagissez, contactez nous!
 
  Revue de presse
 
  Sites utiles
 
  Trouvez un CIP près de chez vous
 
I Annexe A Prévention - Détection  
LE SCORING - LE SCORE DE LA CCEF


Le SCORING LES DIFFERENTS PRODUITS EXISTANTS LE SCORE DE LA CCEF (La Compagnie des Conseils & Experts Financiers)

Le scoring consiste à mesurer le risque de défaillance d'une entreprise. Cette méthode repose sur une série de ratios, affectés de coefficients de pondération et, sur l'observation de séries statistiques élaborées à partir d'échantillons représentatifs d'entreprises.

Les principaux scores utilisés actuellement pour la détection des risques sont les suivants :

  • Le score de CONAN et HOLDER (1979) est une méthode conseillée pour les entreprises industrielles réalisant un chiffre d'affaires de 1,5 à 75 millions d'euros. Il permet un classement des sociétés des plus risquées (score inférieur à 6,8) aux plus saines (score supérieur à 16,4).
  • Le score sectoriel AFDCC2 (1999) s'applique aux sociétés réalisant un chiffre d'affaires de 150.000 à 75 millions d'euros. Il comprend 11 fonctions pour 7 secteurs d'activité en différenciant les TPE des PME. Il s'adresse plus spécialement au Credit Manager, étant plutôt axé sur la solvabilité de l'entreprise à court terme.
  • Le score Banque de France (BDFI 1995), dont la nouvelle formule est tenue secrète, s'intéresse plus particulièrement à l'endettement financier (importance, structure et coût de l'endettement). De ce fait, il est plus adapté aux besoins des banquiers.
    Afin de répondre au besoin nouveau d'une analyse plus fine du risque de crédit, compatible avec les nouvelles exigences du ratio McDonough, les entreprises recevront, en 2004, une nouvelle cotation avec onze positions possibles.

1. LES AVANTAGES DES METHODES DE SCORE (SOURCE CCEF)

Le principal avantage des systèmes de scoring est l'obtention d'un diagnostic rapide et à moindre coût. En effet, compte tenu des volumes à traiter, des annexes souvent incomplètes, ces outils n'utilisent, pour la plupart, qu'un bilan et un compte de résultat. Même si les méthodes de scoring présentent globalement des classements satisfaisants, il convient d'en fixer les limites.

2. LES INCONVENIENTS DES METHODES DE SCORE (SOURCE CCEF)

Le premier écueil, sauf pour le score BDFI, est l'absence des retraitements, de prise en compte des engagements hors bilan et de l'échéancier de l'endettement. Ceci peut conduire à une interprétation assez hasardeuse des équilibres financiers.

Certains ratios ou éléments financiers ne sont pas toujours pertinents dans le calcul d'un score. Le poids des intérêts financiers par rapport au chiffre d'affaires est moins prédictif d'un risque de défaillance que le ratio intérêts financiers sur EBITDA. Les ratios de rotation (stocks, clients, fournisseurs), calculés uniquement en fin d'exercice, sont moins révélateurs de risques que des ratios de structure du bilan ou de solvabilité à court terme. Le niveau des dettes fiscales et sociales (utilisé dans le score BDFI) peut être totalement différent d'une entreprise à une autre selon le régime de paiement de la TVA (sur les débits ou sur les encaissements), la périodicité de paiement des charges sociales (au mois ou au trimestre)...

La présence de ratios non bornés peut entraîner des cotations en dents de scie d'un exercice à l'autre.

Le SCORE de la CCEF

La CCEF s'est engagée dans l'établissement et la diffusion d'un score multisectoriel. Il fera appel à de nombreux retraitements et sera calculé à partir de ratios fondamentaux définissant l'ancienneté, le niveau d'activité, la rentabilité et la structure financière de l'entreprise. Il devrait permettre d'une part, de prévenir les risques de défaillance à moyen terme et d'autre part, de noter la performance globale de la société, sur une échelle de 0 à 20.


En conclusion, il faut rappeler que le score de la CCEF, de part sa définition, n'offre, comme tous les autres, que des probabilités, jamais de certitudes et qu'il ne peut se substituer à l'expertise de l'analyste financier.




retour



cncc

cfcj

cnb