Cliquez-ici pour accéder au site du Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables Ordre des Experts-Comptables

Accueil
  Acteurs de la prévention
 
  Alertes professionnelles
 
>  Base documentaire
- Prévention - Anticipation
- Prévention - Détection : Des outils de diagnostic inovants et un diagnostic complet
>> Prévention - Traitement : si vous connaissez des difficultés... découvrez comment les traiter
- Prévention - Professions libérales
- Plan de la base prévention
- Modèles types
 
  Bonnes pratiques de la prévention pour pérenniser votre entreprise (septembre 2006)
 
  Glossaire : les 100 mots de la prévention
 
  Guides administratifs du CIP à destination des Conseils Régionaux des Experts-Comptables
 
  Juridique
 
  Loi de sauvegarde des entreprises
 
  Médiation du crédit
 
  Mandat ad hoc
 
  Conciliation
 
  CODEFI / CIRI
 
  La commission des chefs des services financiers
 
  Le rebond du chef d’entreprise
 
  Notes de synthèse
 
  Où vous situez-vous ? Autodiagnostic rapide
 
  Outils de la prévention
 
  Quiz : Evaluez-vous !
 
  Réagissez, contactez nous!
 
  Revue de presse
 
  Sites utiles
 
  Trouvez un CIP près de chez vous
 
Fiche N° 3-6-5-8    
PLAN DE REDRESSEMENT PAR VOIE DE CESSION


PRINCIPE :

  • Dès l’ouverture de la procédure de redressement judiciaire, et si le débiteur n’est pas en mesure d’en assurer le redressement, toute entreprise est à vendre mais exclusivement à des tiers (le débiteur, les dirigeants de la personne morale, les parents ou alliés jusqu’au 2ème degré du dirigeant ou du débiteur et les contrôleurs ne sont pas admis à présenter des offres) ;
  • L’administrateur judiciaire fixe le délai pour le dépôt des offres de cession d’entreprise.
     
  • Aucune modification ne peut être apportée à une offre moins de deux jours ouvrés avant la date d’audience d’examen des offres.

OFFRE DE REPRISE (article L 642-2 du Code de commerce) :

Toute offre doit comporter les indications suivantes : 

  • identité du repreneur ;
  • désignation précise des biens, des droits et des contrats inclus dans l’offre ;
  • les prévisions d’activité et financement ;
  • le prix de cession et ses modalités de règlement ;
  • la date de réalisation de la cession ;
  • le niveau et les perspectives d’emploi justifiés par l’activité considérée ;
  • les garanties souscrites en vue d’assurer l’exécution de l’offre ;
  • les prévisions de cession d’actif au cours des deux années suivant la cession ; et
  • de la durée des engagements pris par l’auteur de l’offre.

L’offre est déposée au Greffe, annexée au rapport de l’administrateur judiciaire qui en fait l’analyse, communiquée au Juge Commissaire, au mandataire judiciaire, au représentant des salariés, au Procureur de la République et aux contrôleurs.

Tout intéressé peut prendre connaissance des offres de reprise déposées au greffe du Tribunal de Commerce.

OBLIGATIONS MISES A LA CHARGE DU REPRENEUR :

  • une clause d’inaliénabilité peut être imposée par le Tribunal sur tout ou partie des actifs cédés pour une durée qu’il fixe dans son jugement ;
  • compte-rendu annuel au Commissaire à l’exécution du plan ;
  • résolution du plan en cas d’inexécution des engagements pris même non financiers ;
  • transfert obligatoire au repreneur de la charge des sûretés garantissant le remboursement d’un crédit accordé à l’entreprise pour lui permettre le financement d’un bien sur lequel porte ces sûretés (article L 642-12 alinéa 4 du Code de commerce) ;
  • reprise des contrats de crédit-bail : levée possible d’option d’achat mais paiement des échéances dues au crédit bailleur dans la limite de la valeur du bien.

EXEMPLE D’OFFRE DE REPRISE DANS LE CADRE D’UN PLAN DE CESSION

LE REPRENEUR

Identité du repreneur (personne physique ou personne morale) 

  • Personne physique : nom et prénom du repreneur ;

Document à joindre : copie de la carte d’identité et éventuellement un curriculum vitae

  • Pour une personne morale : dénomination sociale ;
  • Siège social ;
  • Forme juridique ;
  • Montant et répartition du capital ;
  • Objet social ;
  • Identité des organes sociaux (dirigeants), etc…

Document à joindre : un extrait K-Bis et liasses fiscales des trois derniers exercices

Données économiques et financières

  • Chiffre d’affaires ;
  • Résultats ;
  • Nombre de salariés ;
  • Réseau commercial ;
  • Principaux produits ;
  • Synergies avec l’entreprise à céder, etc…

Faculté de substitution

  • Raisons de la substitution ;
  • Principales caractéristiques de la ou des entreprises (existantes ou à constituer) que le repreneur entend se substituer (Préciser pour l’entreprise nouvelle les noms des dirigeants et des associés, la répartition du capital social et adresse du siège social).

Qualité de tiers du candidat

  • Déclaration sur l’honneur que le candidat n’est pas dirigeant de la personne morale en redressement ou en liquidation judiciaire, ni parent ou allié jusqu’au deuxième degré de ses dirigeants.

DESCRIPTIONS DES INTERETS POUR LA REPRISE

PREVISION D’ACTIVITE ET DE FINANCEMENT

Prévision d’exploitation

  • de l’activité ;
  • du chiffre d’affaires ;
  • du compte de résultat ;
  • des charges d’exploitation.

Prévision de financement

  • du capital social ;
  • des actifs repris ;
  • du besoin en fonds de roulement.

LE PERIMETRE DE LA REPRISE

Les actifs immobiliers

  •  Constructions ;
  • Terrains, etc…

Les actifs mobiliers

  • Eléments corporels : outillage, matériel, véhicules, stocks, en-cours de production, etc…
  • Eléments incorporels : fonds de commerce, droits de propriété intellectuelle, titres de participation, etc…

Les cessions d’actifs

  • Biens concernés par la reprise ;
  • Raisons des cessions envisagées.

Les contrats en cours

  •  Liste des contrats dont la poursuite est souhaitée, en sollicitant que le tribunal en ordonne la cession (crédit-bail, fournitures, locations…). 

LES CONDITIONS FINANCIERES DE LA REPRISE

Le prix de cession global

  • Prix global, correspondant à l’acquisition des actifs ci-dessus mentionnés, hors les stocks et en-cours ;
  • Ventilation du prix global  entre éléments incorporels et corporels (matériel repris) ;
  • Modalités de règlement des actifs repris (comptant à la signature des actes, à terme selon un échéancier) ;
  • Garanties (caution bancaire).

 Le prix des stocks et en-cours

 Préciser les conditions de reprise des stocks de matières premières, produits finis et en-cours, en appliquant, le cas échéant, une décote aux estimations de l’expert en fonction des caractéristiques et de l’ancienneté des produits.

 Le transfert des sûretés

  • Biens concernés et sûretés attachées.

LES CONDITIONS SOCIALES DE LA REPRISE

  • Nombre de salariés repris ;
  • Liste des postes de travail ;
  • Justification du niveau d’emploi conservé, etc…

LA REALISATION DE LA REPRISE

  • Date de réalisation de la cession (effet immédiat ou indication d’un délai à compter du jugement arrêtant le plan) ;
  • Garanties souscrites par le repreneur afin d’assurer l’exécution de son offre ;
  • Conditions du maintien de l’offre au-delà du délai d’un mois dont dispose le tribunal pour statuer ;
  • Prévision de cession d’actifs au cours des deux années suivants la cession
  • Modalités de la location-gérance éventuelle (durée, redevance, imputation sur le prix d’achat) ;
  • Conditions suspensives, (autorisations administratives, obtention de crédits…) qui devront être levées avant l’examen des offres en Chambre du conseil.

N.B. : L’offre ne peut être ni modifiée sauf dans un sens plus favorable, ni retirée. L’offrant est lié jusqu’à la décision du tribunal arrêtant le plan.

 

 



retour



cncc

cfcj

cnb