Cliquez-ici pour accéder au site du Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables Ordre des Experts-Comptables

Accueil
  Acteurs de la prévention
 
  Alertes professionnelles
 
>  Base documentaire
- Prévention - Anticipation
- Prévention - Détection : Des outils de diagnostic inovants et un diagnostic complet
>> Prévention - Traitement : si vous connaissez des difficultés... découvrez comment les traiter
- Prévention - Professions libérales
- Plan de la base prévention
- Modèles types
 
  Bonnes pratiques de la prévention pour pérenniser votre entreprise (septembre 2006)
 
  Glossaire : les 100 mots de la prévention
 
  Guides administratifs du CIP à destination des Conseils Régionaux des Experts-Comptables
 
  Juridique
 
  Loi de sauvegarde des entreprises
 
  Médiation du crédit
 
  Mandat ad hoc
 
  Conciliation
 
  CODEFI / CIRI
 
  La commission des chefs des services financiers
 
  Le rebond du chef d’entreprise
 
  Notes de synthèse
 
  Où vous situez-vous ? Autodiagnostic rapide
 
  Outils de la prévention
 
  Quiz : Evaluez-vous !
 
  Réagissez, contactez nous!
 
  Revue de presse
 
  Sites utiles
 
  Trouvez un CIP près de chez vous
 
Fiche n° 3-5-4    
LE JUGEMENT D'OUVERTURE ET SES CONSÉQUENCES


LE JUGEMENT D'OUVERTURE ET SES CONSEQUENCES

Ce jugement est prononcé en principe après l’audience qui se tient en Chambre du Conseil, dans la même journée.

Par exemple, sur Paris :

  • Chambre du Conseil le matin
  • Décision notifiée oralement par la Chambre du Conseil,
  • Jugement rendu en audience publique, en principe, le même jour.

 1. La Chambre du Conseil  :

  • Il ne s’agit pas d’une audience publique mais d’une audience dans une pièce fermée à laquelle assistent :
    • trois magistrats du Tribunal dont l’un, désigné comme juge commissaire, aura eu communication du dossier de demande d’ouverture,
    • le Greffier,
    • le représentant du Procureur de la République,
    • et pour l’entreprise :
      • le dirigeant assisté ou non de son ou de ses conseils (avocat, expert-comptable) ;
      • un représentant désigné par les salariés.
  • Le dirigeant sera amené à répondre aux questions des magistrats afin de les éclairer en vue de la décision qu’ils devront prendre à l’issue de l’audience :
    1. Soit la Sauvegarde
    2. Soit le Redressement judiciaire,
    3. Soit la Liquidation judiciaire,

Pour mémoire  :

La sauvegarde est prononcée lorsque le chef d’entreprise rencontre des difficultés qu’il n’est pas en mesure de surmonter, sans toutefois être en état de cessation des paiements.

A SAVOIR  :

  1. Si les dettes antérieures à la sauvegarde sont gelées à la date du jugement, les dettes postérieures devront être réglées à leurs échéances: salaires, achats...
  2. La société ne disposera pas de crédit fournisseurs et ne pourra donc pas poursuivre son activité si elle ne justifie pas d’un minimum de trésorerie.
  3. Il est fortement conseillé de produire au Tribunal de Commerce :
    • une situation de trésorerie de moins de 8 jours
    • des prévisions d’exploitation et de trésorerie, même succinctes qui montrent que l’entreprise pourra surmonter les difficultés rencontrées.

2. Le jugement

Il précise les points suivants :

Durée de la période d’observation ouverte : différente selon les Tribunaux. Sur Paris, en général, c’est la durée prévue par la loi (6 mois renouvelable 2 fois, soit un maximum 18 mois).

Les organes de la procédure :

  • Juge commissaire ;
  • Administrateur judiciaire ; et
  • Mandataire judiciaire.


retour



cncc

cfcj

cnb