Cliquez-ici pour accéder au site du Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables Ordre des Experts-Comptables

Accueil
  Acteurs de la prévention
 
  Alertes professionnelles
 
  Base documentaire
 
  Bonnes pratiques de la prévention pour pérenniser votre entreprise (septembre 2006)
 
  Glossaire : les 100 mots de la prévention
 
  Guides administratifs du CIP à destination des Conseils Régionaux des Experts-Comptables
 
  Juridique
 
  Loi de sauvegarde des entreprises
 
  Médiation du crédit
 
  Mandat ad hoc
 
  Conciliation
 
  CODEFI / CIRI
 
  La commission des chefs des services financiers
 
  Le rebond du chef d’entreprise
 
  Notes de synthèse
 
  Où vous situez-vous ? Autodiagnostic rapide
 
  Outils de la prévention
 
  Quiz : Evaluez-vous !
 
  Réagissez, contactez nous!
 
  Revue de presse
 
  Sites utiles
 
  Trouvez un CIP près de chez vous
 
Fiche N° 1-1-10 DÈS LA CRÉATION, LA PRÉVENTION...    
QUELQUES RECOMMANDATIONS SUR LES TECHNIQUES DE FACTURATION ET DE RECOUVREMENT


LES TECHNIQUES DE FACTURATION ET DE RECOUVREMENT : QUELQUES RECOMMANDATIONS

1) Techniques de facturation :

  • Si vous avez une activité de prestations de services, faites signer par le client un devis ou une lettre de mission.
    Si vous avez une autre activité : avant de commencer vos travaux, faites signer par le client un bon de commande (il doit mentionner clairement l’existence d’une clause de réserve de propriété).
  • Le bon de commande et le devis (ou lettre de mission) doivent prévoir les conditions de facturation et de paiement dites conditions de crédit.

Pour exemple :

  • Acomptes à la commande, à prévoir notamment lorsque vous devez vous-même procéder à des achats et les régler.
  • Il est vivement conseillé de les systématiser pour faciliter votre trésorerie.
  • Bien sûr, cette méthode doit être conforme aux usages de la profession.
  • Si impossible : prévoir le financement de l’encours clients ou changer d’activité.
  • Paiement comptant à la livraison ou à la fin des travaux,
  • Paiement à 30 jours.

2) Techniques de recouvrement :

2.1 Quelques principes de base :

  • Suivre journellement les encaissements clients :

> à partir de la comptabilité clients individuels si votre comptabilité est saisie journellement,

> sinon, à partir d’un classeur de factures clients : payées - non payées

  • Relancez les clients par téléphone et ou par e-mail. Si mauvaise foi et si travaux non terminés, bloquer les livraisons à venir ou les travaux à terminer.

Si malgré cette démarche « active » le client ne paie pas voir § 2.2.

2.2 Les clients « récalcitrants » :

Ils peuvent se classer en 3 catégories :

  • les clients mécontents (litiges),
  • les clients qui ont pour habitude de payer le plus tard possible,
  • les clients en difficultés.

Les clients mécontents

  • Statistiques :4 factures sur 10 ne sont pas réglées du fait de litiges :

> retard de livraison

> prestation pas complètement ou mal effectuée,…..

  • Rencontrez votre client pour résoudre ce problème rapidement. Plus le litige s’éternise plus il est difficile de le régler.

Ce que vous pouvez faire

  • remise exceptionnelle contre un paiement cash,
  • remplacement de la marchandise,
  • prestation complémentaire….

Le débiteur qui retarde le plus possible le paiement

  • Rappelez-lui que la Loi vous autorise à facturer des pénalités de retard rendues obligatoires depuis mai 2001, proches d’un taux de 11 à 12 % annuels.
  • Prenez rendez-vous avec ce client et trouvez alors une solution acceptable.
  • Sinon, si la mauvaise foi persiste utilisez une technique de recouvrement efficace et peu onéreuse : l’injonction de payer*

*Procédure simple et rapide qui permet à une personne (le créancier) d'obtenir du juge d'instance (ou du président du tribunal de commerce en matière commerciale) le paiement d'une créance, d'un montant déterminé qui ne paraît pas contestable, quand le débiteur ne paie pas dee créance.)

Le débiteur est en difficultés : 10 à 15 % des impayés

  • Un classique : le rééchelonnement avec un écrit.
  • Si besoin, négocier des abandons partiels (jusqu’à 20 %) contre paiement immédiat du solde.
  • Injonction de payer.
  • Et ensuite, la société de recouvrement ou un avocat avec une assignation.


retour



cncc

cfcj

cnb